Interview de la créatrice de Scrunchie is back : Marie Aragon

La team Scrunchie a interviewée Marie, la fondatrice de la marque. Cela nous tenait vraiment à coeur qu'elle raconte son parcours.

Marie a 26 ans, elle vient de Toulouse et a emménagé à Paris il y a une petite dizaine d'années.

Bonne lecture ! :)

- Peux-tu en quelques mots résumer ton parcours professionnel ?

Je suis arrivée à Paris après mon bac pour faire des études que j’ai adapté au fil de mon cursus. J’ai commencé par une licence de comptabilité parce que je voulais être experte comptable. Avec du recul, j'ai compris que j'avais surtout choisi cette voie non pas pour l'amour des chiffres mais pour être au plus proche des chefs d'entreprise et entrepreneurs.

A la suite de cette licence je suis partie à ASSAS, où j’ai fait une maîtrise de Science de Gestion. Donc j’ai repris une L3 et un Master 1 où j'ai étudié le marketing, contrôle de gestion, finance… J’ai fini par un Master 2 d'entrepreneuriat à la Sorbonne. Ce M2 je l’ai fait en alternance pour une jeune marque de prêt-à-porter qui a fermé pendant mon alternance. C’était une situation assez délicate car je savais que je voulais me lancer dans un projet mais le seul exemple que j’avais était un "échec" entrepreneurial.

J’ai eu la chance de rencontrer une association qui aide des entrepreneurs ambitieux à développer leur projet. J’ai fini mon Master en stage pendant 6 mois dans cette asso qui s’appelle Réseau Entreprendre Paris. Au final je suis restée là bas 2 ans et demi en CDI. Ça a été une expérience géniale pour moi car j’étais entourée d’entrepreneurs et j'ai énormément observé leur mode de fonctionnement, leur rythme de travail, leur façon de réfléchir... Je me suis nourrie de leurs retours d'expérience pour comprendre les clés de succès et les causes d'échecs d'une création d'entreprise.

Au bout d’un an de CDI, j’ai vite senti que ma place était du côté des entrepreneurs plutôt que du coté des salariés. Je me suis lancée à fond dans Scrunchie is back en parallèle de mon CDI en travaillant énormément sur le projet tous les soirs, les weekends et souvent entre midi et deux. Je me suis donnée 6 mois pour voir si le projet avait une viabilité, si les produits plaisaient, si j'arrivais à dégager un chiffre d'affaires suffisant. Ça a été le cas, j'ai donc posé ma démission et j'ai eu la chance d'obtenir une rupture conventionnelle. Je suis à temps plein sur Scrunchie is back depuis janvier 2018.

- Comment t’est venue l’idée de créer Scrunchie is back ?

Ça remonte un peu. Pendant mes études j’ai toujours éprouvé le besoin de créer des choses de A à Z, d'être à l'origine de projets. C'est ma seule façon d'avoir une bonne estime et confiance en moi.

A 20 ans je recherchais des chouchous 90's de bonne qualité car ça revenait à la mode et j’avais aussi envie d’apprendre à coudre. J’ai demandé à ma mère de m’apprendre à faire des chouchous. Un été on est partis à la campagne et on a créé des dizaines de chouchous. Quand je suis rentrée à Paris, mes amies les ont adorés.

Comme j’aimais bien toucher au digital, j’ai lancé un site sur Wix (plateforme e-commerce) et j’ai créé une marque qui s’appelait Hic et Nunc : la marque qui prône le retour du chouchou. J’ai développé cette marque sans trop savoir où je voulais aller, j'étais trop jeune pour rebondir sur les opportunités qui se présentaient à moi à l'époque. 

Scrunchie is back est venu d’un besoin personnel et je pense que c’est une bonne base pour un projet car on développe un produit ou un service qui doit nous convenir à 100%.

- Est-ce que tu as fait de ta passion un métier ?

J’ai de la chance d'avoir plusieurs passions : la mode et le business. J’ai réussi à les fusionner. Scrunchie is back est un projet que j’incarne à 1000% !

- En 3 mots, quelle est l'image de la marque ?

Féminine, vintage et made in Montmartre.

Je dirai aussi que Scrunchie is back est une marque digitale, communautaire et friendly.

Digitale parce qu’on vend avant tout sur le e-commerce de la marque, qu’on vit via les réseaux.

Communautaire car on considère toutes les filles de la communauté. Je veux que la marque appartienne à tout le monde et non pas que la marque soit représentée par une seule personne.

Et friendly parce que les clientes ont notre âge. On les considère comme nos meilleures amies et on les traite comme telles !

- Comment est-ce que tu faisais avant l’arrivée de la Scrunchie room ?

Quand j’ai démissionné de mon CDI et donc que je bossais de chez moi, on m’a dit de faire attention car la frontière du privé et du professionnel était mince et qu’il fallait que je me trouve vite un bureau.

Mon copain travaillait aussi à la maison et on se marchait un peu dessus. Le rythme était aliénant parce que je n’avais pas la sensation d’aller au boulot et je n’avais pas non plus la satisfaction de rentrer chez moi le soir. Au final je pouvais facilement travailler non stop car je suis passionnée par ce que je fais.

La Scrunchie room est notre bureau et à la fois un lieu où on peut rencontrer les clientes physiquement. C'était très important pour moi d'avoir un lieu pour créer des rencontres avec notre communauté

- Dis-nous en un peu plus sur l’image que tu veux donner à l’accessoire pour cheveux ?

L’accessoire pour cheveux est un produit qui a une image assez cheap et plutôt bas de gamme. Jusqu'ici l’accessoire pour cheveux a davantage été abordé sous un angle coiffure plutôt que sous un angle mode. Je suis convaincue que les accessoires pour cheveux peuvent avoir une dimension mode au même titre qu’un sac ou un bijoux. Ils permettent d’affirmer un style et de révéler un look.

- Qu’espères-tu pour l’avenir de Scrunchie ?

Beaucoup de choses ! Il faut savoir qu’on vend qu’à des clients particuliers car on a décidé de ne pas avoir de distributeurs. Du coup la progression est plus lente car on ne fait pas de gros volumes. L’enjeu pour nous c’est de réussir à créer une vraie identité de marque et une communauté, qu’on arrive à développer un sentiment d’appartenance à la marque et de fidéliser.

Ce que je souhaite c’est que Scrunchie continue à se développer sur le digital en France. Que la marque gagne en notoriété et qu’on étende la gamme de produits. 

On veut aussi s’étendre à l’étranger, il y a beaucoup de choses à faire là-bas, on est une marque Made in Montmartre, quand on vend Scrunchie à l'international, on vend un bout de Paris. 

- Quels conseils pourrais-tu donner aux personnes qui veulent créer leur marque ?

Ne pas hésiter à parler de son idée pour améliorer son projet grâce aux feedbacks. Ensuite il faut tester, tester et encore tester. C’est ce que je fais sans arrêt. Mettre en place ses idées, passer à l'action. Si ça ne fonctionne pas on arrête et on essaye autre chose !

- Tu as un petit mot de la fin ?

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout :) J'espère qu'il vous a plu ! 

N'hésitez pas si vous avez des questions !

<3

Marie Aragon  

 

🎀 LA SCRUNCHIE TEAM 🎀


1 commentaire

  • Bravo Marie! Et merci pour ce témoignage. Tout ce que tu dis sur l’expérience client Scrunchie est vrai : c’est réussi! Bonne continuation à toute la team <3

    Johanna

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés